Arovy Ny Tany passe à l’action!

26 Mai 2015 | Carnet de Voyage

 

A Itapera (2)

Après une préparation minutieuse de plus de six mois, principalement orchestrée par Jean-Luc, une première équipe de « Voyageurs » vient de passer trois semaines au Sud de Madagascar dans les environs de Fort Dauphin (FD) pour y découvrir un site majestueux. Mais mieux encore, c’est la rencontre avec un peuple généreux et accueillant, ouvert à l’échange et qui vit dans des conditions matérielles précaires que notre projet, s’il se concrétise, pourrait améliorer. Ces semaines passées en immersion au pays de l’Anosy nous ont convaincu : nous avons beaucoup à apprendre de ce peuple tant sur le plan culturel, humain que environnemental.

L’association Arovy ny tany constituée en France a pour objectif, rappelons-le, de s’appuyer sur le Tourisme Equitable et Solidaire (TES – voir le site pour en savoir plus) pour favoriser un développement local qui bénéficie directement à la population.

Quoi de plus motivant, stimulant et responsable aujourd’hui que de « préserver la Terre de nos ancêtres », comme l’indique un des sens possible du nom malgache de l’association ?

AROVY NY TANY est bien née concrètement en cette fin avril – début mai 2015 et nous vous proposons ci-après un petit résumé des actions menées, des péripéties rencontrées et surtout des perspectives entrevues….

L’équipe sur place était constituée de J Luc – président, Simon, Manon, Nicolas, Cécile – membre  fondatrice, Suzanne et Alice ses 2 filles, Lulu, puis nous ont rejoint ensuite Denis – trésorier, Valérie – Secrétaire, Agathe, Zoé et Tom ses enfants : une équipe aux expériences différentes, d’âge allant de 13 ans à la cinquantaine passée, ce qui offre in fine des regards complémentaires sur cette première expérience.

2015-04-28 15.19.22

Forte des premiers contacts pris par J Luc il y a 2 ans lors de son premier retour sur sa terre d’origine depuis 1997, l’équipe a rapidement pu compter sur la coopération de Tsilavo, Carlin et Dolen. Surfeurs locaux et/ou famille d’accueil à la fois – comme base arrière à Fort Dauphin mais aussi pour l’intendance de notre séjour en campement. Ils ont permis le lien avec certaines communautés que nous souhaitions rencontrer. Les liens familiaux entre Madagascar et la France étaient bien présents et le groupe a également profité de la présence d’une jeune malgache.

Cette ville, « capitale » de la région d’ANOSY bien moins développée vers le tourisme que ne peut l’être la destination phare du Nord Est de Madagascar dont Nosy Be -, fût une étape décisive à plus d’un égard pour le développement de nos actions. Les futurs voyageurs passeront systématiquement par FD et pourront ainsi entamer leur immersion dans un monde bien différent du nôtre avant de poursuivre leur voyage plus profondément en Terre Malgache. Ils pourront par ailleurs trouver à FD quelques activités comme le surf – Club Montseigneur Bay dirigé par Tsilavo, une restauration de qualité, quelques balades au sein de la ville, le marché représentatif de la vie locale – pour y découvrir l’habitat, les us et coutumes populaires, ou des excursions rapides sur les plages ou forêts avoisinantes – Libanona, Pic St Louis, réserve de Mandena – ou enfin quelques commodités – wifi dans les hôtels de ville pour ceux/celles qui auraient du mal à décrocher !!! Enfin, pour les curieux ou les « sceptiques environnementalistes », il est même possible de visiter la mine d’ilménite (dioxyde de titane) et de Zirsill (zircone) gérée par le géant minier canadien RIO TINTO.

2015-05-01 17.16.52

Bref, notre première escale à FD nous a permis de nous apercevoir de tous ces attraits touristiques et d’ouvrir les volets Equitable et Solidaire du voyage : l’accueil des familles rencontrées sur place – Dolen, Santatra, Carlin – a permis de joindre l’utile à l’agréable, de créer des liens et a constitué une première expérience ; en réglant une somme directement à l’accueillant, cela lui offre la possibilité d’améliorer progressivement sa condition de vie et l’accueil futur, et rend notre visite touristique plus équitable en dehors des réseaux des « Tours Operators ». Cette somme d’argent remise aux familles accueillantes a contribué à améliorer l’ordinaire de leur cuisine en proposant de partager avec les voyageurs des menus « de fêtes ». Au-delà des bénéfices revenant aux familles accueillantes, ces voyages de visites touristiques ont pour vocation de générer des fonds communs qui permettront aux associations locales ad-hoc de gérer des projets communautaires.

Nous avons présenté ces idées de projet collectif, fondatrices de AROVY NY TANY, dans les villages plus reculés que nous avons visités à partir de notre campement de base FD puis de Lokaro – voir carte – : Itapera et Vatoroka au Nord, sur la baie de Ste Luce, Lokaro, à l’embouchure du lac Manarivo, Evatraha, à l’extrême pointe Nord de la baie de Fort-Dauphin (Faradofay), villages que Jean-Luc avait ciblés car il lui était apparu que leurs conditions de vie s’étaient dégradées depuis l’installation de l’exploitation minière QMM en 2009 ; puis au Sud de FD, les villages donnant sur le lac Ambinanikely : Ambinanibe, Lafy Atsinanana et Lohalovoky, des villages qui nous ont été indiqués par des habitants de FD.

IMG_0442

Pour s’y rendre, ce fût quelques jolis treks et belles découvertes qui constituent encore autant de belles opportunités d’activités pour les futurs Voyageurs !

En 2 virées, espacées d’une petite semaine, notre équipe a commencé par rencontrer chaque village, son chef et ses représentants du peuple – oh combien importants puisqu’ils nous ont démontré leur influence associée soit à la crainte de notre intervention soit à leur enthousiasme. Il fût d’ailleurs assez extraordinaire de pouvoir se mêler à leurs conversations – traduction assurée par J Luc dans les 2 sens! – assis sur des nattes ou sur des bancs d’école, les femmes d’un côté, les hommes d’un autre, mangeant parfois de la noix de coco fraiche, ou assistant à une représentation de danse et chants typiques…. Notons que les 1ères réactions des villageois à notre visite ont toujours été de nous dresser une liste de doléances, notamment en terme de matériels (bateaux à moteurs, bancs d’école, filets de pêche…) ou d’argent. En réponse, J Luc a ainsi pu évoquer les objectifs d’AROVY NY TANY progressivement en s’appuyant sur des soutiens locaux pour bien se faire comprendre de cette population qui parle un dialecte assez différent de la langue nationale.

A l’issue de cette première virée, nous avons organisé une réunion collective des différents chefs et représentants de villages. Ceux que nous avions déjà pressentis comme motivés furent présents. Un village non visité se rendit même à cette réunion, grâce à Robert, un jeune qui nous aida largement dans l’organisation des treks – comme quoi le bouche à oreille fonctionne bien ici aussi !!!!

050520156467

Palabres, discussions soutenues, et finalement engagement réciproque à revenir la semaine suivante pour cette fois nous accueillir à passer la nuit à Vatoroka et Itapera. C’était parti !

Les deux villages d’Evatraha (Ambaniampy et Anena) n’étaient pas représentés à cette réunion, et cette attitude montre selon nous une « pollution » résultant des diverses interventions d’organismes intervenant pour QMM – joint venture RIO TINTO et Madagascar Minerals – sous forme de projets « one shot », offrant ponctuellement des moyens matériels à la population locale: bateaux à moteur, carburant, matériels de pêche… sur une période généralement de 1 à 2 ans.

 

La seconde virée sera couronnée de succès nous donnant l’opportunité de vivre véritablement au contact des villageois, dans une case au milieu du village ou en tente, partageant un repas sommaire et typique – poisson frais grillé sur le fatapera (sorte de barbecue rudimentaire) et éternel gamelle de riz . Les échanges avec les villageois ont été simples et authentiques mais il est vrai que, une fois les premières poignées de main accompagnées d’un Salama appuyé – bonjour – et les jeux avec les enfants, nous avons pu ressentir pleinement que la communication est un véritable enjeu dans cette forme de tourisme qui veut aussi que nous partagions nos cultures, nos savoir-faire tout en n’imposant pas nos modes de pensée – un vrai challenge qui pourrait justifier la présence d’un guide attitré…

Au final, ces expériences vécues au travers des rencontres avec les villageois, et au-delà de ces échanges, les débats, discussions et questionnements passionnants entre les voyageurs, nous permettent d’envisager plus concrètement désormais un Tourisme Equitable et Solidaire.

Certains voyageurs de l’équipe ont d’ailleurs pu constater concrètement ce que le tourisme équitable et solidaire permet dans des villages visités avec un guide de l’association Mator (association malgache) qui travaille en lien avec l’association franco-belge Tamadi qui organise des séjours de tourisme équitable et solidaire en milieu rural depuis 10 ans, à Madagascar et ailleurs dans le monde.

2015-05-06 10.48.46

Il serait dommage enfin de ne pas évoquer notre passage assez furtif mais là aussi oh combien instructif à Tana la Capitale de Madagascar. Merci à Sissi, Maya et Raïssa de nous y avoir si gentiment accueillis. D’abord, il semble important d’y avoir une « antenne » ou un « relais » pour pouvoir s’y replier en cas de pépin avec des Voyageurs. Mais cette ville, au relief accidenté, à l’histoire riche, à la démographie galopante et à la pauvreté largement visible, vaut le coup d’être découverte.

Par ailleurs, en tant que Capitale, elle accueille aussi d’autres associations que nous avons rencontrées – TAMADI et MATOR – toutes deux associations de TES, davantage ciblées dans le tourisme rural. Il n’empêche, elles devraient pouvoir nous aider à consolider la construction des associations locales en lien avec AROVY NY TANY, mais aussi nous apporter l’expérience du TES voire une visibilité pour la commercialisation des voyages proposés.

Il est à noter que sur FD mais aussi sur Tana, nous avons rencontré le Centre d’Information Technique et Economique (CITE) ainsi que le Centre d’Affaire de la Région d’Anosy (CARA) organismes qui se sont engagées à nous aider à structurer notre positionnement en tant qu’association de TES et aussi à constituer, du point de vue administratif et juridique, les associations locales de pêcheurs et de femmes réalisant de la vannerie ainsi que celle des familles d’accueil de FD.

2015-04-28 16.26.59

Toutes ces entités œuvrant déjà à Madagascar ont été ravies de nos initiatives, de notre volonté et de notre enthousiasme et sont prêtes à nous faire progresser !

AROVY NY TANY est donc bien née !

Il reste bien sûr une multitude d’actions et de réflexions à mener, mais les bases sont là et nous avons pris date pour une prochaine épopée dans un an, peut être 6 mois ! Il est en effet important d’y retourner rapidement pour tisser les liens et stimuler une coopération et ainsi une confiance réciproque.

Nous terminerons ce résumé de ces 3 semaines par une petite anecdote : connaissez-vous les surprises malgaches ? Il y a celle d’ordre temporel, le temps malgache étant emprunt d’un moramora – doucement ! – qui coupera la conception minutée de nos vies généralement stressées.

Et celle d’ordre pécuniaire, « tout contrat devant être aidé par des à-côté » pour faciliter les démarches, transformera le budget en géométrie variable !

 

BREF, VENEZ DECOUVRIR MADAGASCAR AVEC ‘AROVY NY TANY’, COMME NOUS, VOUS REVIENDREZ ENRICHIS !

Treck Evatcha