Le projet de Tourisme équitable et solidaire

10 Juin 2014 | Les Projets

L’objectif du projet à Fort-Dauphin est de permettre aux agriculteurs et pécheurs de la région de générer des revenus complémentaires. Par ailleurs, l’objectif est de leur permettre de générer des revenus communs récurrents en toute autonomie sans compter sur des éventuelles subventions ou bailleurs de fonds, pour mener à bien des projets communautaires (santé, éducation, écologie, agro écologie, coopération, développement de l’artisanat…).

Le moyen que l’association a choisi d’explorer en concertation avec des locaux est le tourisme équitable et solidaire, et en particulier le tourisme chez l’habitant mais aussi les éco-lodges, les habitations dédiées gérées par les habitants. Ce projet est soutenu par l’ANCESM (association du commerce équitable et solidaire à Madagascar) et par le CITE.

A l’origine de ce projet, plusieurs constats :

– Les paysans ont subi un revers important avec l’installation de QMM Rio Tinto et le démarrage de l’exploitation de l’ilménite : expropriation pour certains, obligation de vente de leur terrain à très bas prix pour d’autres (13 à 66 centimes d’euros le m2), baisse significative et continue des récoltes pour d’autres à cause de l’évolution de l’écosystème, baisse significative des revenus pour les pécheurs car moins de poissons et moins de possibilités de pécher avec le nouveau port

– Le tourisme est encore à développer dans la région qui présente énormément d’atouts malgré son isolement : beaucoup d’activités possibles (surf, trek, vélo, canoé, kayak), des réserves naturelles, des héritages culturelles, de la faune et de la flore endémiques, proximité de villages spécialisés dans l’artisanat et l’artisanat d’art…

– 90 % du tourisme actuel est tenu par quelques grandes familles et ne profite pas ou que très peu à la population

– La population a une tradition d’accueil et de partage avec les étrangers

– l’ATES (Association du Tourisme Equitable et Solidaire) vient de signer, avec d’autres partenaires le 22 septembre 2011 une déclaration d’intention pour faire de Madagascar la destination leader du tourisme durable

4 villages sont identifiés comme ayant les problématiques citées et répondant aux critères d’attractivité pour le tourisme. Une communauté de surfeurs, basée à Fort-dauphin, des citadins, complète le tableau. Ces derniers ont déjà l’habitude de recevoir des touristes, mais aimeraient aller plus loin et développer cette pratique. Ils sont en partie à l’origine de ce projet.

L’association planifie une première expédition d’une dizaine de membres au mois de mars 2015, afin de défricher le terrain, rencontrer les locaux, identifier le ou les villages pilotes, tester des circuits et activités et avancer avec les surfers.

2013-08-17 10.45.45 new

Plus concrètement, l’objectif est de construire une offre de tourisme basée sur un réseau d’habitants prêts à accueillir des touristes chez eux, et donc aussi prêts à faire le nécessaire pour aller progressivement vers les standards d’accueil et de confort; et aussi basée sur des habitations dédiées (des lodges) que les habitants dédieront aux touristes et gèreront en communauté.

Il s’agit à terme de développer une communauté regroupant des habitants, des guides, des agriculteurs, des pêcheurs, des surfeurs et des professionnels du tourisme… qui serait organisée en coopérative avec une vision, des ambitions et des règles qui lui permettraient d’être reconnue comme une structure de commerce équitable et solidaire, en plus d’avoir réussi à trouver sa place dans le paysage socio économique local.

En tant que projet solidaire, une partie des revenus de cette activité serait consacrée à des projets de développement décidés par les communautés concernées. Une association ad-hoc gèrera le fonds de développement solidaire et communautaire qui sera généré à cet effet.