Un Voyage à Madagascar a eu lieu sur 4 semaines durant le mois d’avril 2019 dont 2 semaines à Fort-Dauphin.

L’objet de l’expédition était multiple :

  • Rencontrer à nouveau les villages qui ont manifesté de l’intérêt aux propositions d’Arovy Ny Tany en 2015, Soit 3 villages, Itapera, Vatohoka et Ambinanibe.
  • Revenir sur le projet de tourisme équitable et soldaire de 2015 et expliquer les difficultés à faire venir des voyageurs (Pour rappel : 12 voyageurs en 2015, plus un seul ensuite)
  • S’enquérir de l’évolution de leur situation
  • Présenter les techniques de permaculture et proposer un accompagnement pour les villages ou les groupes de familles qui sont partants pour cultiver la terre
  • Se rapprocher de l’association Ecovillage Madagascar qui accompagne des projets d’installation et qui forme des personnes en permaculture
  • Rechercher un ou des terrains qui pourraient servir de chantier pilote, de vitrine dans la région de Fort-Dauphin.

Les rencontres avec les villages

1. Ambinanibe

Nous avons rencontré le chef du village, déja rencontré en 2015. Il n’y a pas d’activité agricole dans le village. L’artisanat des femmes y est très développé, avec une boutique près de l’aéroport et le soutien de la Chambre du Commerce de l’Industrie. Cette activité, avec l’élevage de crevettes constitue les activités complémentaires du village. Le projet de permaculture serait difficile à implanter dans le village pour des problématiques de propriété des terres.

Des mini projets de type une butte ou deux pour quelques familles seraient envisageables. Ambinanibe ne ferait donc pas partie des premiers chantiers.

2. Vatohoka

Depuis 2015, le village a dépassé les 500 personnes (300 à l’époque) et dispose maintenant d’un chef de village. Il s’agit d’un ancien adjoint, un botaniste, gardien de la forêt primaire de Sainte Luce, que nous avons déjà rencontré. Une réunion avec les représentants de la population et les femmes du village a été organisée.

La situation ne s’est pas améliorée depuis 2015. Il y a toujours aussi peu de poissons. Il y a des tentatives de culture autour du village, principalement de manioc, et en utilisant de l’engrais chimique NPK. Les autres cultures ne sont pas concluantes.

On leur présente le projet et les grands principes de la permaculture. Le chef de village et toute la population sont intéressés par l’idée de se lancer dans l’agriculture. Ils sont séduits par le principe de la permaculture, d’autant que leurs tentatives n’ont pas été très concluantes jusque là.

Ils ont eu besoin d’une petite semaine pour faire le tour du village et en parler entre eux. Au final, les 4 quartiers du villages sont partants, mais séparément.

Chaque clan s’est déterminé une parcelle vierge à exploiter. Les parcelles sont à l’extérieur du village, à quelques centaines de mètres. Ce sont des parcelles qui disposent de beaucoup de biomasse et avec un bon accès à l’eau. Elles ont été photographiées en vue globale et en détail avec les plantes qui y poussent naturellement, à l’intention de l’association Ecovillage Madagsascar (EVM) qui va accompagner les implantations.

3. Itapera

Nous avons été reçus une première fois par une des personnalités du village et la personne en charge de la santé que nous avons déjà rencontrée en 2015, le chef du village étant pris par une urgence. Puis une deuxième réunion avec les villageois disponibles et intéressées par l’agriculture a été organisée.

La situation ne s’est pas améliorée depuis notre passage en 2015 : il y a toujours aussi peu de poisson. Il y a des tentatives de culture, sans beaucoup de succès, de manioc, de patates douces, de pommes de terre, de maïs. Ils ont montré un fort intérêt pour les techniques de permaculture.

5 grandes familles disposant d’assez grandes parcelles sont partantes. Toutes les parcelles, sauf une, sont relativement loin des habitations, à quelques centaines de mètres.

Des familles ne disposant pas de terrain sont intéressées par les cultures en bacs ou en gony (toiles de jute), et sont aussi partants pour faire des expérimentations.

La rencontre avec Ecovillage Madagascar (EVM)

La nouvelle orientation d’Arovy Ny Tany vers la permaculture nous amène à nous rapprocher d’EVM, référence sur le sujet à Madagascar.

Le contact entre Arovy Ny Tany et EVM a déjà été établi depuis quelques années, 2015-2016, grâce à l’association les Amis d’Ecovillage. Michelle et Guy, des Amis d’Ecovillage, sont notamment venus à la projection à Paris du film sur l’expédition en 2015 d’Arovy Ny Tany. Le contact entre Andry et Jean-Luc a été entretenu dans le temps.

Ecovillage Madagascar est surtout connu pour les formations en Permaculture qui visent l’autonomie, la sécurité alimentaire et le bien être humain en harmonie avec son environnement, la mise en place d’éco-sites qui respectent les principes et pratiquent les techniques écologiques (une douzaine d’éco-sites à ce jour), l’organisation de rencontres et échanges thématiques et l’accueil d’écotouristes et stagiaires nationaux et internationaux.

EVM a participé à plusieurs événements d’envergure nationale organisés par les Ministères concernés et les partenaires. De nouvelles thématiques ont été plus développées au sein du réseau : permacantine scolaire pour les écoles, gestion et fertilisation du Sol, apiculture et aeforestation, écoconstructions, recyclage des déchets.

EVM est un membre actif du Global Ecovillage Network. ECOVILLAGE MADAGASCAR est devenu une référence en permaculture dans le pays

L’objectif d’EVM est d’avoir à terme un vrai site pilote d’envergure en permaculture qui permettrait de montrer de façon concrète et pérenne les avantages de la permaculture, accueillir des formations et des stagiaires dans un lieu dédié et permettre à plusieurs familles malgaches de vivre concrètement de la permaculture.

Le projet d’Arovy Ny Tany s’affine grâce aux différents échanges avec EVM. Il s’agit non seulement d’inciter les villages de pêcheurs à se lancer dans la permaculture et de les accompagner, mais aussi de lancer un vrai site pilote dans la région, d’autant qu’il n’y a pas encore de projet dans le Sud. EVM trouve cette initiative intéressante et est prêt à soutenir le projet.

Jean-Luc d’Arovy Ny Tany a suivi une session de formation théorique et pratique avec EVM pour s’initier à la permaculture. Andry a pu étudier quelques parcelles choisies par les villages, grâce à des photos, et les premières caractéristiques apparaissent : biomasse assez abondante, l’eau relativement présente, une terre très sablonneuse, le vent marin.

Au bilan

  • 5 projets familiaux à Itapera
  • 4 projets incluant tout le village à Vatohoka
  • 1 projet de potager urbain en lien avec une association qui accompagne des orphelins à FD
  • Un terrain d’un peu moins d’1ha à Soanierana qui pourrait devenir le site pilote pour le projet : il y a quelques inconvénients mais il peut encore y avoir d’autres possibilités de terrain d’ici le démarrage du projet
  • Les liens établis et renforcés avec EVM qui a confirmé son intérêt pour le projet et sa volonté de l’accompagner

En perspectives

Avril 2020 :

  • retour de Jean-Luc à FD et dans les villages
  • Affinage et finalisation du choix des parcelles
  • Coordination avec les villageois
  • Choix définitif du site pilote
  • Planification des actions
  • Coordination avec EVM : définition du mode d’accompagnement, chiffrage du projet et de l’accompagnement
  • Lancement d’une campagne de financement participatif

Septembre / Octobre 2020 :

Démarrage des installations dans les villages DE Vatohoka et Itapera et sur le site pilote vers Fort-Dauphin